Jan. 9, 2016

Pisac

Aujourd’hui, lundi 28, nous prenons la direction de Pisac, autre petit village traditionnel situé sur les rives du fleuve « Urubamba » dans la vallée sacrée. Une fois sur place nous décidons de commencer notre visite par le très réputé marché. Si le marché en lui-même, situé sous de grande bâches blanches, manque de charme, les échoppes-elles sont de qualités et hautes en couleurs. Les produits exposés y sont excellents et la variété des couleurs offre un véritable feu d’artifice, plaisant à contempler. Là encore, contrairement à ce que nous disais nos guides, il y est presque impossible de négocier, et les prix, inexorablement touristiques, ont de quoi décourager tout achat.

Après avoir fait le tour nous prenons finalement la direction des ruines situé à quelques 3250 mètres d’altitudes, soit un déniveler de 450 mètres. Il nous faudra environs 1h30 de grimpette, passant la encore par d’innombrable terrasses superbement bien aménagées, pour arriver aux premiers édifices. Quelques tours de gardes surplombant la vallée, le fleuve et le village. Une vue à couper le souffle… et franchement j’avais déjà le souffle cours ! En continuant le long de la crête, nous passons quelques maisons en adobe et d’autres tours de gardes pour finalement arriver au complexe religieux. Celui-ci, bien organisé et les blocs incroyablement bien taillés, est magnifique. Devant nous, le circulaire temple du soleil (Intiwana), celui de la lune, une table de sacrifices et d’autres bâtiments ; Probablement les maisons des prêtres et autres. Là encore, quelques époustouflantes canalisations et drains, taillés dans les blocs de pierre avec une précision remarquable. De là nous voyons un autre grand complexe en contrebas, celui-ci construit avec moins de soins. Il s’agissait apparemment des greniers et d’habitations de paysans. Nous continuons notre monté le long de la crête, passants toujours de nombreuses tours de gardes et maisons. Apres avoir traversé le tunnel du Puma long de plusieurs mètres ainsi que la lourde porte du serpent, nous débouchons finalement sur la place principale du site. A notre gauche s’étend à flanc de montagne un immense complexe résidentiel, magnifique à voir, tandis qu’à notre droite, les terrasses en cascades nous donne une sensation de vertige avec en arrière-plan, un ultime complexe résidentiel, lui aussi très beau. Devant nous, 5 fontaines et bains liturgiques taillés, une fois n’est pas coutume, avec une précision hors pair. Toujours en face de nous, à flanc de falaise, quantités de cavités… se sont les restes d’un cimetière.

Il nous aura fallu au total 3hrs pour visiter l’ensemble de cet époustouflant site dispersé et caché dans les montagnes. Une ville et forteresse complètement autonome en eau et nourriture, construit sur la cime d’une montagne et donc quasi imprenable. Sans aucun doute l’un des plus beaux sites de la vallée sacrée…