Mar. 31, 2016

Un Perou Authentique

Debout au bord de la route, le sac sur les épaules et le pousse dressé vers le ciel, c'est reparti! Ou serais-je dans quelques heures? Aucune idée. Ou passerais-je la nuit? Aucune idée. Dans quelles conditions? Aucune idée. C'est reparti pour l'aventure et l'inconnu! Est-ce que j'ai peur ou est-ce que j'appréhende? Absolument pas, je suis excité comme un gamin qui va déballer un cadeau... La surprise, le fait de ne pas savoir rend tout cela bien plus excitant!

On est en plein début d'après-midi et à cette heure-ci de la journée tout transport et bon à prendre afin de s'éloigner de la ville. Je commence donc par un 4x4 qui me descend à plusieurs kilomètres, dans un petit village ou le trafic est plutôt rare. Ici j'attendrai désespérément jusque tard le soir, un quelconque véhicule qui acceptera de me prendre afin de quitter ce trou perdu.

C'est vers 22h que j'obtiens finalement une place à bord d'un camion. Celui-ci me lâchera sous une pluie torrentielle aux petites heures du matin dans un village encore plus petit que le précédent... Impossible de trouver un endroit ou passer la nuit et impossible de monter ma tente sous ce déluge. C'est donc recroquevillé devant la devanture d'un restaurant que je passe la nuit, attaquer de tous les côtés par les moustiques.

Bref, les jours défilent et les kilomètres avec eux, portant leurs lots de péripéties et de rencontres. Tantôt je passe la nuit dehors, tantôt à bord d'un camion, tantôt dans une usines de ciment... Je prends mes douches au bord des routes, dans de petits ruisseaux et cascades. Vivant au rythme des transports que j’enchaine, je perds rapidement mes repères. Je dors parfois le jour, parfois la nuit. Les jours et les heures ce mélangent dans ma tête.

J'arrive d'abord à Huánuco - ville proclamant avoir le meilleur climat du monde... - puis à Huancayo, ville située en pleins centre du Pérou, zone absolument pas touristiques. Ici c'est le Pérou profond... Authentique! Aucun acteur, aucun déguisement, aucun prix gonflé, aucun agent qui vous cours après pour vous vendre un tour.
Ici on est tranquille. Ce sont des villes aux attractions très limitées - d'où le fait qu'elles ne soient pas touristiques - mais leur intérêt recèle principalement du fait d'être le seul touriste et de pouvoir voir un "Pérou péruvien"... Et ça, ça vaut sincèrement le détour. Sans oublier les paysages absolument époustouflants qui défilent devant mes yeux alors que je voyage sur des routes peu passantes.

Durant ces quelques jours, je me rends compte que les préjugés que nous avons (ou du moins que j'avais) vis à vis des camionneurs sont totalement erronés. J'ai toujours cru - peut-être à cause des films - que les camionneurs étaient pas franchement sympathique, grossiers et "dangereux", du style à vous pointer une carabine sous le nez quand vous ouvrez la porte. Je peux maintenant vous dire que ce n'est absolument pas le cas. Ils sont un peu grossiers, ça c'est vrai, mais ils sont extrêmement gentils, intéressants (cultivé même) et généreux. Plusieurs d’entre eux savaient ou est Maurice et savaient que c’était une colonie… c’est vous dire ! J'ai appris énormément de choses sur le Pérou et son histoire "moderne" grâce à eux, notamment sur l’époque du « sentier lumineux » (groupe terroriste ayant sévit dans les années 80), et sur les transactions de cocaïnes tirées tout droit d’un scenario de film (route bloquée par des troupes - mitraillette à la main - le temps qu’un jet atterrisse, effectue la transaction et reparte…), avec pour acteur le très chère Pablo… entre autres. Une véritable folie !
De plus, je n'ai pas une fois payé mes repas en leurs compagnies. Ils insistent toujours pour payer et m'offrir les repas.

Des gens très intéressants et sympathiques mais aux vies relativement difficiles.